AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 

 . when shopping becomes a pulsion { Peter

Aller en bas 
AuteurMessage
Natalee McCartney

Natalee McCartney

Nombre de messages : 228
Age : 30
— where do U come from ? : Londres
— phot0 : . when shopping becomes a pulsion { Peter Mischava11
Date d'inscription : 23/12/2008

••• Ton passeport .
• playlist: des hommes pareils •• Francis Cabrel
• relations:

. when shopping becomes a pulsion { Peter Empty
MessageSujet: . when shopping becomes a pulsion { Peter   . when shopping becomes a pulsion { Peter EmptySam 27 Déc - 16:29



    Ce matin ; la jeune anglaise avait décidé d'aller faire les magasins. Il était 7h30 lorsqu'elle s'était réveillée d'un bond, sortant d'un rêve particulièrement étrange où elle faisait les boutiques avec Johnny Depp. xDD Autant vous dire, que suite à ce rêve, elle ne souhaitait qu'une chose : se rendre au centre commercial. Mais il était bien trop tôt. Elle décida cependant de se lever, et se rendit dans la cuisine, non sans mal. On était samedi matin ; hier elle avait fait la fête, et son cerveau semblait faire de la corde à sauter dans sa boîte crânienne. Elle ouvrit un placard afin de sortir son paquet de céréales. On ne pouvait pas le louper, il y avait marqué son nom en grand dessus. o_O Nat' ne supporte pas qu'on pioche dans ses céréales soufflées ; comprenez-là. Par maladresse, ou par bêtise, elle fit tomber tout le contenu du placard, dans un vacarme pas possible. Elle resta quelques secondes avec un pot de nutella entre les mains et un paquet de pancakes sur la tête, attendant la moindre réaction de la part de ses colocataires. Elle entendit simplement Leah grogner quelque chose du genre : « Purée ; c'est quoi ce bordel ? » Natalee ne prit pas la peine de répondre et finalement, décida que ses céréales attendraient et elle partit prendre une bonne douche.

    Habillée, finement maquillée, Natalee sortie de chez elle aux alentours de 8h30 ; autant dire qu'il était tôt, mais au moins, elle avait du temps pour parcourir le centre commercial en long en large et en travers. Elle allait faire chauffer la carte bleue, pour sûr. La jeune anglaise commença par une boutique de fringues et ressortit déjà avec un énorme sac. & au bout de trois boutiques, elle commençait déjà à fatiguer. Alors elle décida de prendre l'ascenseur afin de rejoindre la boutique de cd qu'elle avait repéré la semaine dernière mais dans laquelle elle n'avait pas eu le plaisir d'entrer. Nat' attendit patiemment l'ascenceur, ayant hâte de pouvoir poser ses emplettes. Il s'ouvrit, laissant apparaître un jeune homme. Elle hésita un instant, voulant voir s'il sortait ou s'il allait à un autre étage. Apparemment, il ne semblait pas décidé à sortir. Alors Natalee prit place, lui adressant un léger signe de tête, autant être polie. Puis elle posa ses sacs, dans un sifflement de soulagement intense.


_________________
    . when shopping becomes a pulsion { Peter 2ad020107290f08a100f00060eee6
    ©️ irish
    Would you believe in a love at first sight?
    Yes I'm certain that it happens all the time.
    What do you see when you turn out the light?
    I can't tell you, but I know it's mine.

    ©️ The Beatles • With a little help from my friends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erasmus-life.forumactif.org
Invité
Invité



. when shopping becomes a pulsion { Peter Empty
MessageSujet: Re: . when shopping becomes a pulsion { Peter   . when shopping becomes a pulsion { Peter EmptySam 27 Déc - 18:13

Le couple marchait le long des magasins de la galerie marchande d’un grand centre commercial londonien. Main dans la main, il arrivait parfois qu’ils s’arrêtent pour se regarder dans les yeux et finir par s’embrasser. Puis, ils reprenaient la marche à travers la foule que comportait habituellement le magasin. Mais cette fois ci, étrangement, les gens s’écartaient sur le chemin des deux jeunes gens. Ils laissaient tous place aux amoureux. Peter avait oublié cette sensation, ce sentiment que l’on appelle l’amour. Peut importe, il aimait ça plus que tout au monde. Le jeune homme la regardait, ce jour-là Romane était sublime. Plus belle que jamais, une seule envie envahissait sa tête: l’embrasser pendant des heures. La jeune femme portait dans ses mains d’énormes sacs portant des noms de magasins diverses se trouvant dans le centre commercial. Maintenant, d’un commun accord, le couple décida de monter au deuxième niveau. Pour cela, à l’aide des indications données, ils arrivèrent devant l’ascenseur. Les portes s’ouvrirent et un groupe d’adolescents sortit. Les deux jeunes gens montèrent dans ce dernier en direction de l’étage supérieur. Ils étaient face à l’autre et se regardaient toujours dans les yeux. La passion et l’amour. Peter ne pouvait rien demander de plus, il était comblé. Du moins jusqu’à ce moment embarrassant. Un étrange bruit se fit entendre et le couple sentit une sensation, ou plutôt un tremblement. Il ne suffisait pas de réfléchir, tout était clair: l’ascenseur était bloqué. Le couple, quand à lui se regardait encore et encore. Romane ne put résister au charme de son amour et elle l’embrasse fougueusement. Ils ne s’arrêteraient jamais. Ils continuerait leur vie en s’embrassa.

    « Bip. Bip. Bip. Bip. »


Leur histoire d’amour était désormais finie. Ils venaient de se séparer à tout jamais, pour ne plus se revoir. Peter avait quelque peu mal à la tête et grogna pendant quelques secondes pour faire savoir à ses colocataires qu’il était réveillé et encore fatiguait. Il souhaitait encore dormir, mais sa curiosité prit le dessus et le jeune homme ouvrit difficilement ses yeux verts émeraudes. Il s’accouda à son lit et regarda l’écran lumineux de son réveil. Un écran trop lumineux qui lui faisait mal aux yeux. Du moins, il n’était que sept heures du matin. A quoi bon se réveiller aussi tôt alors que l’on peut dormir jusqu’à midi ? Et tout cela à cause de son rêve. Quel beau rêve, il souhaitait y repartir ou bien faire l’identique dans quelques jours. Juste le temps de se remettre de ses émotions.

Peter leva les jambes vers le toit et les relâcha brusquement. Elles atterrirent sur le sol en faisant un bruit, qui faillit réveiller son colocataire. Loin de là son idée, il nota psychologiquement que désormais il devait faire attention aux autres. En effet, il fallait se mettre dans la tête que la belle vie était finie. Les petits déjeuner au lit, les servantes qui font tout ce dont vous n’avez pas envie de faire. Peter devait s’habituer à la vie des gens « normaux ». Le jeune homme se leva et entra dans la petite salle qui lui faisait office de cuisine. Il chercha dans plusieurs placards le paquet de céréale qu’il avait acheté le jour d’avant, ses céréales préférées. Le beau brun s’en servit un bol qui mangea en quelques secondes et partit dans la salle de bain, beaucoup plus grande que les autres pièces, prendre une douche. Il hésita longuement entre une douche chaude pour se relaxer ou une douche froide pour se réveiller. Finalement, il opta pour la seconde solution: la douche froide. Une fois sous la douche il ouvrit grand les yeux pour regardait l’eau coulait de ses cheveux. Une habitude qu’il avait prit enfant. Puis, il s’essuya avec la serviette qu’il avait préparé avant pour enfin terminer de se laver. Il lui restait encore à se passer de la lotion sur son visage de mannequin et de se laver les dents pour qu’elles soient blanches, brillantes. A vrai dire, aussi pour l’haleine.

Après tout cela, qui lui servait d’occupation, il s’installa sur le sofa et se mit à regarder la télévision. A cette heure là il n’y avait que les informations et d’ailleurs les présentateurs répétaient en boucle qu’il était temps de faire nos achats. Il était le temps des soldes. Cela lui fit longuement repenser à son rêve et il décida de sortir. Où, il ne savait pas. A vrai dire il ne connaissait pas d’endroit dans la ville de Miami. Le jeune homme était venu ici grâce à la compagnie Erasmus qui permet aux jeunes étudiant d’aller à l’université. Un séjour d’une année pour apprendre des choses sur cette ville sur réputée et pour faire de nouvelles expériences. Peter était arrivé depuis deux jours et il ne connaissait que quelques endroits comme la bibliothèque municipale, l’université où il était désormais inscrit et aussi un centre commercial. Il était passé devant en taxi, ce dernier se trouvait à l’angle de la rue de son appartement. Il décida donc de faire une sortie en ce lieu encore mystérieux.

Le taxi s’arrêta devant une grande porte. Quand Peter posa les pieds au sol il s’aperçut qu’il marchait sur un tapis rouge. Comme les stars lors des cérémonies. Ce tapis devait être mit en place pour les fêtes de Noël, rien de plus. Le jeune homme pénétra dans le centre commercial. Sa première réaction fut de sortir un « wouah » très expressif. Cela signifiait qu’il était impressionné. Et il y avait de quoi. Ce magasin était vraiment gigantesque, impressionnant quand on ne connaît que les petits centres commerciaux de Londres. Il passa dans plusieurs boutiques de multimédia et de vêtements. Au passage il s’acheta deux magnifiques pulls et un DVD dont il connaissait une très bonne réputation. Puis, il décida de monter jusqu’au deuxième niveau. Il suivit les indications données sur des pancartes accrochées aux murs. Quelques minutes plus tard, en s’ayant perdu deux fois, il arriva finalement à l’endroit souhaité. Quand les portes s’ouvrirent il remarqua une jeune femme qui hésitait à entrer, sans doute pour voir si Peter allait sortir. Alors il lui dit un petit signe à sa façon, voulant dire qu’elle pouvait entrer sans crainte. Il ne mord pas, après tout. Une sensation de tremblement et voila que tout deux montaient vers le deuxième étage. La jeune femme lança un souffle de fatigue. Gêné, Peter dit :

    « Oui, je suis comme vous. Je trouve que le shopping c’est fatiguant. Agréable puisqu’on en fait, mais fatiguant c’est sûr... »


Soudainement un bruit se fit entendre. A vrai dire un bruit assez familier pour le beau brun. Certaines personnes disent que les rêves se réalisent parfois et bien en voici la preuve. L’ascenseur était bloqué. Peter fixa la jeune femme et remarqua à qu’elle point elle était belle. Bien sûr, ce n’est pas pour ça qu’il allait lui sauter dessus, il n’est pas comme ça. Elle était belle, point final. Le jeune homme laissa tomber ses sacs et souffla à son tour.

    « C’est pas possible... Bon je crois qu’on est bloqué, donc on a du temps pour nous. Aller, je déteste les situations où on est... Coincés. Je fais le premier pas. Je m’appelle Peter et depuis aujourd’hui je hais les ascenseurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Natalee McCartney

Natalee McCartney

Nombre de messages : 228
Age : 30
— where do U come from ? : Londres
— phot0 : . when shopping becomes a pulsion { Peter Mischava11
Date d'inscription : 23/12/2008

••• Ton passeport .
• playlist: des hommes pareils •• Francis Cabrel
• relations:

. when shopping becomes a pulsion { Peter Empty
MessageSujet: Re: . when shopping becomes a pulsion { Peter   . when shopping becomes a pulsion { Peter EmptyDim 28 Déc - 13:47

    Face au signe de la main du jeune homme ; la belle anglaise entra. Un léger mouvement de cheveux inconscient, tel une pub L'Oréal ; elle pose ses sacs en soufflant bruyamment. Oui ; Natalee est discrète, c'est dans sa nature. Et c'est aussi cela qui donne envie aux gens d'aller vers elle. La preuve, le dit jeune homme à ses côtés lui fait une réflexion. La jeune femme tourne son regard vers lui et le décrit de haut en bas. Natalee peut parfois paraître hautaine, vous l'ai-je déjà dit ? Peut-être qu'inconsciemment, elle s'amuse à tester les gens qu'elle rencontre. Il faut dire que pour Natalee, la première impression est souvent la bonne. Elle arrive à cerner les gens en un seul regard. C'est pour cela qu'elle scrute le moindre détail de son regard bleu perçant. La moindre est bonne à prendre afin de savoir à quel genre de personne l'on a à faire. Des cernes autour des yeux ? Une personne insomniaque ou bien trop fêtarde. Une barbe de trois jours ? Un dom Juan, le plus souvent. Une tâche de café sur le tee-shirt ? Une personne négligée. Oui ; on pourrait dire que Natalee a des préjugés. Et pourtant, ses préjugés sont souvent les bons et elle ne se trompe que très rarement. Afin de mieux cerner la personne, on peut aussi analyser son discours, sa première approche, le ton de sa voix. Un semblant de voix assurée & un regard perçant ? Un dragueur. Une personne répétant plus de deux fois dans sa phrase le même mot tel que "enfin", "bref", "quoi" ? Quelqu'un de peu assuré. Alors oui, Natalee a des préjugés sur les gens, et autant vous dire qu'elle les assume.

    Après un bref passage sur l'ensemble de la physionomie du jeune homme, elle lui adressa un sourire, alors que l'un de ses sacs venait de se casser la figure au démarrage de l'ascenseur. Elle le redressa donc, tout en répondant au jeune homme qui lui avait adressé la parole. Pour l'instant, elle n'avait pas fait de conclusions hâtives sur lui, il pouvait en être fier :

    « Au moins ; après une bonne journée shopping, on dort merveilleusement bien, c'est aussi efficace qu'une journée à respirer l'air de la mer. »

    Natalee adorait les journées au bord de la mer. A Miami, elle était comblée, même si elle trouvait qu'il y avait beaucoup trop de monde sur les plages. Mais la jeune anglaise ne désespérait pas de trouver une jolie petite crique quasi-déserte. Lorsque Natalee revenait d'une journée à la mer, elle se couchait quasiment immédiatement, même si elle n'avait fait que s'allonger sur sa serviette de plage. L'air de la mer était reposant. La jeune femme se retourna ensuite ; ils n'allaient pas tarder à arriver au deuxième étage alors la discussion s'arrêteraient sur ces bonnes paroles. Pourtant, le destin en avait décidé autrement. Une secousse assez violente eu lieu. La jeune femme fronça les sourcils. Ils n'étaient pas coincés, tout de même ? Pourtant, tout semblait indiquer que oui, ils étaient coincés. A nouveau, elle souffla, un peu plus longuement cette fois-ci. Mais ce n'était pas un souffle d'agacement, c'est plutôt dans le style « Reste zen Nat'. ». Elle tourna son regard vers le jeune homme, légèrement paniquée.

    « Moi c'est Natalee ; et je suis claustrophobe. »

    Natalee émit un léger rire, tellement nerveusement qu'elle s'arrêta net. Elle n'aimait pas montrer ses faiblesses devant des inconnus, mais là, c'était plus fort qu'elle. Elle présenta sa main au jeune homme, qu'il n'hésita pas à serrer en guise de bonjour. Natalee la serra fermement, un peu trop peut-être ; le stress, comprenez.

_________________
    . when shopping becomes a pulsion { Peter 2ad020107290f08a100f00060eee6
    ©️ irish
    Would you believe in a love at first sight?
    Yes I'm certain that it happens all the time.
    What do you see when you turn out the light?
    I can't tell you, but I know it's mine.

    ©️ The Beatles • With a little help from my friends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erasmus-life.forumactif.org
Invité
Invité



. when shopping becomes a pulsion { Peter Empty
MessageSujet: Re: . when shopping becomes a pulsion { Peter   . when shopping becomes a pulsion { Peter EmptyLun 29 Déc - 0:17

    « Un ascenseur est un dispositif assurant le déplacement en hauteur d'une charge... »


Cette journée devait être semblable aux autres, c'est-à-dire longues et laissant une trace amère dans l’âme des gens seuls –dans le sens des personnes qui sont célibataires-. En effet, personne n’aurait pus prévoir que par ce matin ensoleillé et banal le jeune homme allait haïr à tout jamais cette machine que l’on nomme ascenseur et dont vous avez pus lire la définition précédemment. Ce qui prouve d’ailleurs que tous les professeurs de langue, au monde, mentent. Ils disent tous que quand l’on ne comprend pas un mot, il faut le chercher dans un dictionnaire –surtout quand vous lisez un texte dur à comprendre et que vous ne comprenez aucun mot, la lecture devient encore plus intéressant...- et que les dictionnaires ont toujours raison. Toujours. Ce ne sont pas des humains, ils n’ont pas droit à l’honneur et à vrai dire n’en faut jamais. Pourtant, dans la définition du mot ascenseur il n’y aucunement précisé que cette machine peut s’arrêter à tout moment. Par malchance, surtout quand le jour d’avant vous avez rêver que ce problème se réalise. Alors là vous devez prendre conscience que quelqu’un vous à lancé un sort. Enfin. Il n’est pas précisé, non plus, que vous pouvez être bloqué avec une jeune femme séduisante et ce qui fait de ce moment appréciable, un moment gênant. Le jeune homme n’avait pas besoin d’un dictionnaire. Il l’avait comprit par lui-même. Tellement gêné, il n’avait trouvé qu’a dire: je m’appelle Peter et depuis aujourd’hui je hais les ascenseurs. Je suis sûr que vous pensez comme moi, ne mentez pas. Tout le monde doit se dire quelle introduction pourrie. Oui. Elle l’était et le beau brun le savait, pourtant il n’avait trouvé qu’a dire ça. Il était obsédé, passionné par cette mystérieuse jeune femme qui était à cet instant même bloqué avec lui. Plus rien à dire, Peter était tombé sous son charme. Pour lui, grand romantique, il répétait à ses amis qui le taquinaient sur le fait qu’il soit trop « chochote » que le physique ne compte pas et pourtant voici la preuve du contraire. Sous les yeux du créateur ce cette théorie. Quelques fantasmes traversaient à toute vitesse la tête de Peter. Mais que lui arrivait-il ? L’amour ? Non, ce n’était pas possible, il aimait beaucoup trop Romane. Celle qu’il appelait encore l’amour de sa vie, mais ce sentiment n’était pas réciproque malheureusement. Il se devait de résister. Il se l’était promit. Mais cette femme était belle, son regard perçant était follement excitant.

    « Hum... Regarde moi ça, comme elle est belle et charmante. Non encore plus, je dirais sexy ! Mouaahh, elle a envie de rugir. Toi et elle, tout les deux, aller saisit ta chance. »


Ce n’était pas un être humain qui lui parlait mais bel et bien une petite voie dans sa tête qui s’amusait à tourmenter le jeune homme. Mais que devait-il faire pour que cela cesse ? Sans doute passer à l’acte. Peter ne pouvait pas, il avait encore l’image de Romane. Souriante et belle, assise sur la fontaine de la place se trouvant en face de son ancien lycée. Il y avait aussi, elle, cette mystérieuse jeune femme dont il ne connaissait pas le nom. Le beau romantique fut sortit brusquement de ses pensées par une petite voie douce. Cela recommençait donc ? En fait, non. Ce n’était juste que la jeune femme qui lui répondait gentiment. Elle lui dit qu’au moins, après une bonne journée shopping, on dort merveilleusement bien, c'est aussi efficace qu'une journée à respirer l'air de la mer. C’était vrai et cette phrase était magnifique sortant de sa bouche. Peter ferma les yeux quelques instants pour pouvoir se concentrer et arrêter de regarder sa poitrine ainsi que son postérieure. Puis, une légère secousse se fit une nouvelle fois ressentir. Il fixait encore la belle blonde et remarqua que cette fois-ci elle était paniquée. Il avait la femme des ses fantasmes sous ses yeux et pouvait l’avoir en claquant des doigts. Il n’avait même pas eut recourt aux nombreux plans dragues qui plantent tant de fois. La jeune femme –je ne peux utiliser que ce mot pour la désigner car son nom reste inconnu, jusqu’à maintenant- prit la parole une seconde fois suite à la présentation médiocre de Peter. Elle s’appelait Natalee et était claustrophobe. Quand au jeune homme, il toussota et dit:

    « Alors j’espère pour toi que des secours vont vite faire leur apparition. »


Il ne le pensait pas.

    « Heu... Je suis aussi très curieux, tu viens d’où ? Tu vis ici ? Moi je viens de Londres et je suis venu ici grâce à Erasmus. Une compagnie de voyage un peu spéciale si on peut dire. C’est pour les étudiants et donc, je suis un étudiant. »
Revenir en haut Aller en bas
Natalee McCartney

Natalee McCartney

Nombre de messages : 228
Age : 30
— where do U come from ? : Londres
— phot0 : . when shopping becomes a pulsion { Peter Mischava11
Date d'inscription : 23/12/2008

••• Ton passeport .
• playlist: des hommes pareils •• Francis Cabrel
• relations:

. when shopping becomes a pulsion { Peter Empty
MessageSujet: Re: . when shopping becomes a pulsion { Peter   . when shopping becomes a pulsion { Peter EmptyLun 29 Déc - 19:51



    Le regard du jeune homme sur elle, ne la gênait pas du tout. A vrai dire, elle était plutôt habituée par ce genre de situation. Non ; pas d'être coincée dans un ascenseur avec un bel inconnu. Elle était juste habituée à ce qu'on la regarde. Pourtant, elle n'avait pas un physique de mannequin. Même si elle avait de grandes & fines jambes, elle n'était pas une grande femme. & elle était un petit peu trop maigre, on lui avait souvent fait ce reproche. Bon, elle n'avait tout de même pas la peau sur les os, mais elle n'était pas bien grosse, ma foi. Ce qui différenciait Natalee de toutes ces poupées, c'était son charme. Souvent, les gens emploient ce mot sans vraiment le comprendre. Le charme, c'est lorsqu'une personne passe près de vous, et que votre regard reste scotché sur le moindre détail de sa physionomie, sans savoir pourquoi. Le charme n'est pas la beauté. La beauté est superficielle et vieillit. Le charme est profond et s'amplifie avec l'âge et l'expérience. Alors oui, Natalee était charmante, comme on lui disait souvent. Pourtant, elle ne se trouvait pas particulièrement charmante, elle. Peut-être parce qu'au fond, elle aussi confondait beauté & charme, comme des milliers de gens. Mais revenons-en à la situation présente. Le jeune homme la regarde, mais il ne la déshabille pas du regard, comme l'auraient fait des dragueurs de pacotille. Non, il la regardait avec classe, avec respect. Et la jeune femme ne put qu'apprécier ce regard sur elle. & alors, elle eut un préjugé sur lui, rien que par ce regard sur elle ; ce jeune homme était quelqu'un de bien. Maintenant, elle se trompait peut-être, mais cela serait étonnant. Cette façon dont il avait de la regarder aurait du la mettre mal à l'aise, mais c'était tout l'inverse qui se produisait. Certains hommes avaient le don de mettre en valeur le charme féminin ; ce jeune homme en faisait parti. D'ailleurs, Natalee continua de l'observer elle aussi, après tout, elle n'avait pas à se gêner. Pourtant, Natalee sentait la peur grimper en elle, et son regard devenait de plus en plus fuyant, dans le vide. Elle était entrain d'essayer de se rassurer par la pensée, mais rien n'y faisait. Son corps devenait de plus en plus raide tandis qu'elle commençait à respirer difficilement. Pourtant, elle tenta de se concentrer sur le regard du jeune homme, qui l'apaisa un instant. Elle se concentra sur celui-ci, comme pour oublier qu'elle était coincée dans un ascenseur. Pourquoi Natalee avait-elle peur d'être enfermée ? Parce que pour elle, c'était simplement une angoisse de mort mise en scène. Depuis que sa mère était décédée, la jeune anglaise avait un peu peur de tout. Dès qu'elle ne pouvait plus contrôler quelque chose, elle paniquait. Et cet ascenseur, elle ne pouvait pas le contrôler. S'il s'écroulait, elle ne pouvait pas le retenir. Alors oui elle avait peur, oui elle était paniquée, et cette situation qui aurait pu paraître géniale et excitante pour certaines personnes, la stressait au plus haut point. Puis le jeune homme éleva à nouveau la voix. Il espérait pour elle que les secours arrive vite. Natalee esquissa un léger sourire, oui, elle aurait bien voulu sortir de cet ascenseur, et faire la connaissance de ce jeune homme autour d'un bon café crème. Mais non, elle était condamnée à rester coincée ici. Alors, tandis qu'il lui posait des questions et se présentait un peu plus, la demoiselle se laissa glisser le long de la paroi de la machine et elle posa sa main sur le sol, en guise d'invitation pour le jeune homme à s'assoir à ses côtés. Elle haussa un sourcil lorsqu'il ajouta qu'il était étudiant et venait de Londres. Il était marrant, le destin. Ils venaient de la même ville & ils devaient venir à Miami pour se rencontrer. Si ça, ce n'était pas étonnant.

    « C'est vrai ? » ; dit-elle, sa voix manquant de dérailler sur l'interrogation, le stress étant de plus en plus présent. « Je suis dans le même cas que toi. Londonienne participant au programme Erasmus. Drôle de coïncidence. »

    A nouveau, les lèvres de la jeune femme s'élargirent en un sourire. Tout en elle montrait qu'elle était anglaise. Son look, son accent... Une londonienne pure souche.


_________________
    . when shopping becomes a pulsion { Peter 2ad020107290f08a100f00060eee6
    ©️ irish
    Would you believe in a love at first sight?
    Yes I'm certain that it happens all the time.
    What do you see when you turn out the light?
    I can't tell you, but I know it's mine.

    ©️ The Beatles • With a little help from my friends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erasmus-life.forumactif.org
Contenu sponsorisé




. when shopping becomes a pulsion { Peter Empty
MessageSujet: Re: . when shopping becomes a pulsion { Peter   . when shopping becomes a pulsion { Peter Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
. when shopping becomes a pulsion { Peter
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle corvée ce shopping ! [Kimberley]
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Shopping Trip [Faith]
» Peter Lentz [Validée]
» Pulsion ou mauvaise reaction (pv Victoire et Raphael)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erasmus life; Welcome to Miami. :: » Miami city . :: . Downtown Miami :: Centre commercial-
Sauter vers: